Selfcoaching® 11 : Soyez le meilleur de vous même

Selfcoaching® 11 : Soyez le meilleur

Pour être bien, être le meilleur nous avons besoin de nous sentir « solide ». De la même manière qu’un immeuble doit être construit sur des fondations solides pour durer dans le temps et résister aux intempéries. Dans ce but nous allons nous appuyer sur nos 7 piliers de vie :

1.   Intégrité

C’est ce qu’il faut pour assurer la survie. C’est comparable à la notion d’écologie, tant l’écologie interne que celle de l’environnement.

Celui qui se nuit de façon directe ou indirecte n’est plus dans son intégrité, il se « dés-intègre ». Toute nuisance risque d’attirer dans sa vie ou dans celle des autres, des conséquences négatives. Il est donc important de prendre soin de soi et de son environnement, hors de toute considération morale, en tenant compte des effets de ses actes. Pour cela il est nécessaire de prendre conscience des différents domaines de cette intégrité et des éléments qui les constituent.

Exemple : dans le domaine de l’intégrité physique, si je porte des chaussures qui me font mal aux pieds, je nuis à mon intégrité. Le premier travail est de rétablir mon intégrité.

L’intégrité renvoie à la notion de sabotage : me connaissant tel que je me connais, comment risque-je de me saboter ? C’est la base de la confiance en soi. L’estime de soi est la distance qui existe entre ce que je suis et ce que je rêve d’être. Plus on réduit la distance, plus on a confiance en soi et plus on est proche du bien-être.

« Fais-le ou ne le fais pas. Mais n’essaie pas »

Question : « Certains artistes nourrissent leur créativité en nuisant à leur intégrité (alcool, drogue, etc. ). L’acte créateur leur permet de canaliser leurs difficultés. La personne croit que si elle cesse les nuisances, elle perdra sa créativité. Qu’en pensez-vous ? »

Réponse : être créateur est une chose, être névrosé en est une autre.

L’intégrité, ce sont les choses qui nous pompent de l’énergie. Choisir un exemple d’un fait qui nous pompe (ex : aller chez la belle famille toutes les semaines). On n’est pas en intégrité avec soi-même.

D’autres exemples

–          Ne pas respecter un engagement

–          Prendre du crédit pour un achat impulsif

–          Pratiquer le double jeu, ne pas être authentique

–          Ne pas dire la vérité

–          Ne pas être en accord avec ses valeurs

–          Ne pas avoir conscience du fait qu’on n’échappe pas aux conséquences de ses actes

–          Laisser en suspens des situations non résolues qui risquent de créer un effet « boomerang »

2.   Besoins

C’est ce qu’il faut pour bien fonctionner. Un manque au niveau de l’intégrité met en danger notre existence, un manque au niveau de nos besoins nuit à la qualité de notre fonctionnement. Métaphore de l’automobile : ne pas mettre d’huile dans le moteur compromet « l’intégrité » de la voiture… manquer d’essence l’empêche simplement de rouler. Le besoin se situe au niveau du confort et va permettre de prendre du plaisir. 

De quoi avez-vous besoin ?

La satisfaction des besoins d’un individu est légitime. Il n’a pas à les justifier. Un besoin non satisfait ne disparaît pas, mais risque de se manifester d’une autre manière (souvent plus grave !).

Il est donc important de faire en sorte que nos besoins importants soient satisfaits. Chacun a sa propre manière de satisfaire ses besoins les plus existentiels (ex : reconnaissance, stimulation, liberté, espace etc.).

Chacun peut réfléchir à un système « d’arrosage automatique » de ses besoins, en faisant bien la différence entre le besoin et la façon de le satisfaire (ex : comment satisfaire mon besoin légitime d’affection tout en sachant que les autres ne sont pas « obligés » de m’en témoigner ? Remarque : satisfaire un besoin c’est donc prendre de l’énergie à l’extérieur. C’est du domaine de l’acquisition).

Exemples :

J’aime le soleil. Je bloque 15 jours tous les ans au soleil.

J’aime le sport. Je bloque 2 séances par semaine pour le faire.

J’ai besoin d’apprendre. Je bloque une semaine par an pour me former.

J’ai besoin de voir mes amis. Je bloque un dîner tous les 15 jours.

3.   Valeurs

Les valeurs, c’est ce qui nous fait bouger en arrière plan. C’est le reflet de qui je suis vraiment, de ma dimension essentielle. On peut hiérarchiser ses valeurs et celles-ci peuvent évoluer au fil du temps. Une personne qui vit en accord avec ses valeurs a le sentiment profond de se réaliser. Cela demande une certaine réflexion. La plupart des gens passent le plus clair de leur temps à tenter de satisfaire leurs besoins. Cette réflexion ne peut être menée que si les besoins de base sont satisfaits et si l’intégrité « de base » est respectée. Prendre conscience de ses valeurs essentielles amènera automatiquement un changement de point de vue sur « besoins et intégrité ». Procurez-vous la fiche valeurs dans la formule coach Junior.

4.     Être positif et constructif

C’est s’abstenir de juger, être bienveillant, jouer « gagnant–gagnant », valoriser (souligner les ponts forts, les réussites), croire en les personnes…

Cette façon d’être est fondamentale dans les relations humaines. Elle s’appuie sur une philosophie et se traduit par des comportements et des habitudes qu’il est possible de construire et de développer. Cela s’apprend !

5.     Poser ses limites

C’est être clair sur ce que l’on accepte et sur ce que l’on refuse. Ce à quoi je dis oui et ce à quoi je dis non. C’est aussi poser un cadre protecteur. Il est préférable de choisir des personnes avec lesquelles on pourra avoir des échanges positifs. Il peut également être intéressant de leur expliquer comment se comporter avec nous pour créer une relation satisfaisante. C’est en quelque sorte leur donner notre « code d’accès ». Parfois une personne est amenée à monter son niveau d’acceptation, mais il y a un moment où elle doit dire « stop ». Poser ses limites, les définir, les exprimer clairement, permet de préserver intégrité, besoins et valeurs : Il vaut mieux se définir que se défendre.

Chacun doit développer sa sensibilité à l’intrusion afin de réagir dès les premiers signes pour pouvoir en douceur et très rapidement, rétablir la situation. Si on n’a pas fait cela dès le début on peut le faire remarquer : « je me rends compte que jusqu’à maintenant j’ai accepté… mais maintenant… donc… ».

6.     Vérifier votre réseau relationnel

C’est nous demander de prendre conscience des personnes que nous fréquentons, du type d’activité que nous partageons avec elles et de ses motivations pour les voir. Le schéma suivant présente une grille d’analyse du réseau relationnel d’une personne.

4 cercles de plus en plus grands : du plus petit (1) au plus grand (4)

– 1 : les personnes qui vivent sous le même toit

– 2 : la famille et les amis proches

– 3 : les copains, les relations…

– 4 : les autres personnes avec lesquelles il se produit des échanges d’attention.

Il s’agit de compter combien de personnes se situent dans chaque cercle. Les cercles 1 et 2 sont constitués d’intimes, ils forment notre « tribu » et notre « camp de base ».

Une étude américaine démontre qu’une personne est en décharge d’énergie si elle ne compte pas au moins 12 personnes dans sa tribu. Ce chiffre pourrait sans doute être légèrement revu à la baisse en Europe, mais il n’en demeure pas moins vrai que l’être humain est une « créature sociale » et qu’un bon réseau relationnel est un facteur de longévité.

7.     Rendre le présent parfais

C’est s’entraîner à faire un meilleur usage de ce qui existe déjà ! Prenez  conscience de ce qui constitue votre vie… puis imaginez que vous perdiez tout…, puis que tout vous soit rendu.

Que pouvez vous faire dès maintenant pour améliorer le présent ?

Il est bien sûr intéressant de se projeter dans l’avenir mais il peut être beaucoup plus efficace de regarder ce qui est déjà là, à portée de main, et d’introduire du dynamisme au quotidien :

« Etre vivant est en soi un exemple de perfection ».

Il est beaucoup plus positif de s’intéresser à ce que nous avons, plutôt qu’à ce qui nous manque. La clé du bonheur pourrait bien être de vouloir ce que l’on a !

La conscience du présent favorise l’évolution et le déploiement de l’être. Il est fondamental d’entrer dans une conscience de plus en plus claire des choses. Chacun peut ainsi élargir son champ de conscience et devenir de plus en plus proche de lui-même et de ce qu’il veut créer.

« Le bonheur n’est pas au bout du chemin, c’est le chemin qui est le bonheur »

EXERCICE N° 11 

Après, 10 séances, vous pouvez vous engager, maintenant, de la manière suivante.

Ecrivez sur votre cahier :

Je décide aujourd’hui de m’engager quotidiennement à :

1/ Passer un minimum de 30 min à relire et pratiquer mes exercices de Selfcoaching®

2/ Réaliser les challenges et bonnes résolutions que je prends à chaque séance et sans délai

3/ Continuer même quand j’ai l’impression que cela devient plus dur

4/ Adopter un mode de vie positif et un état d’esprit enthousiaste.

Dater et signer 

Phrase du jour : Toutes mes nouvelles habitudes m’aident de façon positive.

Pensée positive : Je dois m’octroyer chaque jour un moment strictement personnel

Dans le prochain module, nous aborderons la personnalité.