Discrimination et politique de diversité en entreprise, où en est-on ?

discrimination

Derrière la volonté d’agir en matière de discrimination, une réalité qui reste à construire

Selon une étude de la Cegos menée au cours de l’année 2019 auprès de 1046 salariés et 181 Directeurs ou Responsables des Ressources Humaines / Directeurs ou Responsables RSE (DRH/RRH/RSE), travaillant tous en France dans une entreprise ou une organisation de plus de 50 collaborateurs, au sein des secteurs privé et public : 

  • 1 salarié sur 2 dit avoir été victime de discrimination au cours de sa vie professionnelle
  • 81% des femmes et 86% des moins de 31 ans considèrent qu’il est positif de déployer une politique Diversité

2 points clés sur la diversité 

Etat des lieux de la diversité : un champ de complexités
  • 69% des moins de 31 ans considèrent que le corps social de leur entreprise reflète bien la diversité de la société française, contre 81% des plus de 50 ans.
  • 74% des femmes sont favorables à la politique des quotas dans l’entreprise, contre 60% des hommes.

Quand des conflits interpersonnels liés aux problématiques de diversité apparaissent dans l’entreprise, les DRH-RRH disent qu’ils se résolvent d’abord avec l’intervention de la DRH (55%) puis via celle des managers (47%).

Fait intéressant : le recours à des tiers médiateurs émerge fortement (29%), qu’il s’agisse d’un médiateur interne (14%), externe (8%), ou d’une entité compétente en matière de diversité (7%).

Concernant la « promotion » de la diversité, 67% des salariés et 55% des DRH-RRH sont favorables à la politique des quotas, qui consiste à privilégier certaines catégories de salariés dans la politique RH

Côté salariés, les femmes (74%) y sont beaucoup plus favorables que les hommes (60%), une telle politique apparaissant ici comme un levier pour accélérer, voire « forcer » le changement.

A ce sujet, 42% des DRH-RRH disent pratiquer une telle politique des quotas mais seuls 15% d’entre eux déclarent qu’elle est clairement affichée et assumée. 

Manager la diversité : derrière la volonté d’agir… une réalité à construire
  • Le déploiement d’une politique Diversité est jugée positivement par 81% des femmes et par 86% des moins de 31 ans (vs 78% pour l’ensemble des salariés).
  • Pour 56% des salariés, la politique Diversité contribue d’abord au bien-être de tous.

Discrimination, entre vulnérabilité et prise de conscience

33% des salariés déclarent aujourd’hui pouvoir être sujet à discrimination dans le monde du travail, avec des différences significatives en fonction de l’âge (38% pour les moins de 31 ans vs 23% pour les plus de 50 ans), du sexe (38% pour les femmes vs 28% pour les hommes), de la fonction (40% pour les managers vs 28% pour les non-managers).

Face aux situations de discrimination, et derrière la bonne volonté affichée, le niveau d’entraide entre les salariés demeure faible.

Plus spécifiquement, les salariés disent avoir été témoins, en moyenne, de 4 types de discrimination au cours de leur vie professionnelle. A l’inverse, 29% n’ont jamais été témoin d’une quelconque discrimination.

Les cinq formes de discrimination les plus citées par les salariés témoins sont relatives à l’apparence physique (43%, soit +16 pts vs 2011), l’âge (36%, +12 pts), les activités syndicales (33%, +12 pts), l’état de santé (31%, +15 pts) et le sexe (30%, +9 pts). Il y a là aussi un gap générationnel, les moins de 31 ans citant plus fortement l’apparence physique (51%) et le sexe (43%) comme facteur observé de discrimination.

Par ailleurs, la moitié des salariés déclare avoir déjà été victime de discrimination. Il s’agissait d’actes liés à l’âge (18%), l’apparence physique (16%, +7 pts vs 2011), l’état de santé (14%), le sexe (13%), les activités syndicales (10%). Sans surprise, les scores sont plus élevés chez les femmes, victimes de discrimination liée au sexe (22%), à l’âge (21%) et à l’apparence physique (19%).

 Les collègues de travail sont identifiés comme les principaux acteurs des discriminations (pour 28% des salariés et 25% des DRH-RRH), suivis des managers directs (25% et 22%).

En revanche, si les collègues de travail sont aussi considérés par les salariés comme les acteurs les plus volontaires pour lutter contre les discriminations (25%), ce sont d’abord les membres de la fonction RH qui sont en première ligne… d’après les DRH-RRH (44%).

Un point d’accord toutefois entre salariés et DRH-RRH, la perte d’influence des partenaires sociaux. Du côté des DRH, l’âge (25%, -7 vs 2011), les activités syndicales (25%) et l’état de santé (24%, +5) sont les trois formes de discrimination les plus fréquemment rencontrées dans leur entreprise.

En revanche, ils estiment que, dans les entreprises en général, l’origine ethnique (56%, -15 pts vs 2011), l’apparence physique (54%, +8) et le handicap (50%, +3) constituent les principaux cas de discrimination.

Pour sensibiliser RRH et managers aux jugements des personnes dans un contexte professionnel, vous pouvez vous procurer dans la boutique l’e-book : “Psychologie du travail et ressorts de motivation”

Pour consulter l’étude complète

(cc) Outilsducoach 2019, articles libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Laisser un commentaire