Coacher avec l’approche cognitivo-comportementale

cognitivo-comportementale

L’approche cognitivo-comportementale

C’est Albert Ellis*, qui est le premier à avoir combiné une forme de thérapie comportementale et cognitive. Il l’a appelée « thérapie comportementale rationnelle-émotive ».

Il part du principe que les problèmes rencontrés par les personnes sont le résultat de pensées et de comportements « irrationnels ». Il s’agit alors à la fois de travailler sur les pensées et de chercher à adopter les comportements qui viennent confirmer la nouvelle façon de penser. Le but fondamental de la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) selon Ellis est d’apprendre aux patients à vivre leurs émotions de façon plus rationnelle. Un autre présupposé est de dire que, fondamentalement, les personnes ne peuvent pas changer leur façon de penser tant que leur comportement reste le même. Il est donc aussi important de travailler sur les comportements que sur les pensées. Telle est la différence avec la thérapie cognitive.

Croyances aidantes et limitantes

Ellis fait la différence entre croyances irrationnelles et croyances rationnelles. Cela veut dire que certaines croyances sont dysfonctionnelles (irrationnelles) car elles ne produisent pas des comportements ou des émotions agréables ou adaptées à la situation. Les croyances rationnelles ne sont pas « vraies » ou logiques : selon le principe du constructivisme psychologique, aucune croyance n’est rationnelle au sens de la logique formelle. En revanche, elles sont dites croyances rationnelles parce qu’elles sont profondément aidantes dans ce que fait la personne, dans son rapport à elle, aux autres et à son environnement. En coaching, on parlera de croyances limitantes vs croyances aidantes.

Le coaching cognitivo-comportental (CCC) issu de l’approche cognitivo-comportementale est aujourd’hui très utilisé dans le coaching visant la résolution du stress professionnel. Dans la continuité, cette approche du coaching peut être pertinente pour tout ce qui relève d’un changement souhaité au niveau de la fluidité entre cognitions, émotions et comportements. 

Le CCC se considère comme une démarche psycho-éducative :

  • Le coach est pédagogue quant à son approche.
  • Le coaché apprend à identifier ses croyances limitantes, à les remplacer, à les tester au niveau des comportements. Ceci afin de valider et d’ancrer la nouvelle croyance aidante.

L’autonomie du coaché est vue comme sa capacité à utiliser la démarche d’identification et de remplacement des croyances sans l’aide du coach. A en faire au final une hygiène de vie.

*Psychologue américain (1913-2007)

Pour mener à bien vos coachings cognitivo-comportementaux, découvrez dans la boutique l’e-book : “Le coaching cognitivo-comportemental expliqué aux coachs”

(cc) Outilsducoach 2019, articles libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Laisser un commentaire