Favoriser la cohésion d’équipe après le retour en entreprise

favoriser la cohésion

Depuis le 28 février 2022, les moments de convivialité pour favoriser la cohésion et réunissant notamment les salariés en présentiel dans le cadre professionnel peuvent être organisés dans le strict respect des gestes barrières. Port du masque, mesures d’aération et de ventilation et les règles de distanciation physique entre les convives : un mètre lorsque les personnes portent un masque, 2 mètres lorsque le masque ne peut pas être porté sont de mises. Il est donc à nouveau possible pour les coachs d’animer des séminaires pour favoriser la cohésion d’équipe dont ont grandement besoin les salariés après cette longue période d’éloignement de leurs collègues.

Pour atteindre les objectifs, les collaborateurs doivent aller dans le même sens avec un bon esprit d’équipe. Plus la cohésion d’équipe sera forte, plus il sera facile d’atteindre, voire de dépasser, les objectifs. Pour favoriser la cohésion d’équipe, 4 règles s’imposent :

1 – Créer une histoire commune

Emotions et souvenirs créent du lien

Les expériences vécues en commun permettent de créer du lien : il est plus facile par la suite de communiquer quand on se connait mieux et partager des anecdotes. Quand un groupe est soudé, il aime partager des histoires à se raconter… L’objectif est de se mettre « au vert », de voir les choses différemment et d’avoir des moments d’échanges en dehors du quotidien. Ces moments peuvent être formels comme les réunions de travail régulières ou ponctuelles ou plus informels comme un repas partagé, une sortie ou une cohésion d’équipe animée par un intervenant extérieur.

2 – Définir la vision

La vision donne une direction commune pour favoriser la cohésion

Par exemple, si l’objectif d’une personne est uniquement de gagner de l’argent et la finalité d’une autre est de faire carrière, il est possible qu’elles ne s’entendent pas et que cela nuise à la cohésion d’équipe : la première voudra privilégier les décisions les plus profitables quand la seconde privilégiera les décisions satisfaisant sa hiérarchie pour obtenir une promotion. Ces deux points de vue peuvent donc créer des conflits. Chacun peut avoir un intérêt individuel mais au sein d’une vision commune, plus forte. En cas de désaccord, cette vision est le point de repère qui permet de décider et de s’assurer que les égos de chacun soient bien au service d’une direction ou d’un groupe.

La vision est plus forte si elle est coconstruite

Pour que la vision puisse jouer pleinement son rôle, elle doit avoir été coconstruite pour faire l’unanimité et être reconnue par tous. Le management participatif facilite l’adhésion des équipes à la vision. Si celle-ci est déjà écrite, rien n’empêche les manageurs de proposer de la rédiger à nouveau.  L’avantage est que le groupe aura décliné à sa manière la vision de l’entreprise. L’étape suivante est de décliner la vision (à long terme)  en objectifs (de court ou moyen terme) qui permettent d’élaborer les tâches et le travail des équipes au quotidien et favoriser la cohésion d’équipe.  

3 – Faciliter les interactions et développer des valeurs communes

Développer la communication

Développer la cohésion, c’est aussi faciliter les relations entre personnes. Une bonne ambiance de travail permet un respect mutuel et un esprit d’équipe fort. L’important est de définir des règles de conduite et de communications communes, grâce aux valeurs par exemple. La communication joue un rôle central car il faut savoir écouter l’autre sincèrement et rester bienveillant en toutes circonstances pour prendre en compte les sensibilités de chacun. Il ne faut pas hésiter à reformuler et faire reformuler pour s’assurer d’une bonne compréhension sans interprétation.

Définir des valeurs communes

La présence de valeurs communes soudent un groupe car elles guident les comportements des individus de manière prévisible et rassurante. En cas de flou, on peut s’y rattacher pour retrouver de la cohérence. Pour qu’elles ne restent pas lettre morte,  il faut les faire vivre par des expériences communes positives ou la mise en place de symboles et/ou routines.

Gérer les conflits

Malgré la définition des valeurs, de la vision et des règles de « bonne conduite », des conflits peuvent survenir. Le problème n’est pas en soi le conflit, mais son absence de gestion. Il faut s’assurer qu’il ne s’enracine pas.  

4 – L’exemplarité du leader pour favoriser la cohésion

 L’équipe a besoin d’un garant qui s’assurera que les valeurs sont respectées et recherche l’exemplarité du leader. II s’agit bien ici de les respecter ainsi que les règles définies par tous. Exemple : si la solidarité est une valeur essentielle de l’entreprise, le leader devra donc se montrer solidaire. Si l’égalité est une valeur essentielle, il devra renoncer à ses avantages comme la place de parking réservée. Le leader est un point de repère. Son attitude servira de normes à l’équipe. Plus son comportement sera cohérent avec les valeurs et la vision, plus la cohésion d’équipe sera forte.

Pour accompagner les équipes et favoriser la cohésion, vous trouverez dans la boutique le kit d’animation : “5 supports créatifs pour mes cohésions d’équipes”.

(cc) Outilsducoach 2022, articles libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Laisser un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site Web. Pour en savoir plus merci de consulter les CGU.