Faut-il encore faire des entretiens annuels d’évaluation ?

entretiens annuels d"évaluation

La fin de l’année est la période des entretiens annuels d’évaluation

Tous les ans, en fin ou en début d’année revient une routine managériale incontournable au plan de management : les entretiens annuels d’évaluation (EAE). Ceux-ci permettent au manager d’avoir la vision complète de son équipe et au collaborateur de faire le point sur ses compétences afin qu’ensemble ils co-construisent un plan de développement qui permettra de faire avancer le collaborateur, l’équipe, le manager et l’entreprise. 

Entretiens annuels d’évaluation ou entretiens  d’appréciation ?

En tant que coach, nous avons une vision bienveillante de l’EAE pour le  développement optimal du collaborateur et s’il ne tenait qu’à nous, nous préférerions l’appeler : entretien annuel d’appréciation ou de développement plutôt que d’évaluation.  Etre évalué, quelque soit son niveau hiérarchique dans l’entreprise, n’est jamais agréable. Apprécier, permet de l’être à sa juste valeur.

Le plan de management réunit 5 routines managériales 

  • 2 individuelles (entretiens de pilotage et de développement) 
  • 2 collectives (réunions et cohésion d’équipe)
  • Une sur la vision d’ensemble (individuelle et collective) de l’équipe : les entretiens annuels d’évaluation

L’EAE réalisé en fin ou en début d’année est donc la clé de voûte du plan de management  qui permet au manager de comprendre et faire le point sur les compétences et aptitudes de ses collaborateurs et, quand il est bien mené, de mettre en place un plan de développement des compétences (accompagné par le manager, un coach, un tuteur, des formations etc) et pour les RH d’ajuster la GPEC.

Sans entretien annuel qui fait un bilan de l’année passée et pose les objectifs pour l’année à venir, les managers et leurs collaborateurs avanceraient en aveugle sur le chemin de leur vie professionnelle dénuée de sens.

La posture de manager-coach est donc à développer, pas seulement dans le déroulement des entretiens annuels d’évaluation mais pour le suivi des objectifs (surtout ceux posés sur les savoir-être). L’EAE n’a de sens que s’il est complété par des entretiens individuels de développement (EID) réguliers, de préférence distincts des entretiens de pilotage (suivi de l’activité). La régularité et la durée des EID sont à définir par le manager en fonction de son agenda et du pourcentage de temps que lui allouera l’entreprise pour mettre en oeuvre son métier de manager à côté de son métier d’expert ou de technicien. Le métier de manager est largement à développer dans les entreprises de l’Hexagone qui privilégient beaucoup les savoir faire sur les savoir être, alors que nous savons, en tant que coachs, que ce qui entrave la performance des salariés c’est souvent leur savoir-être.

Pour conseiller et former à l’entretien annuel d’évaluation, découvrez dans la boutique, notre kit :“Je conseille et je forme à l’entretien annuel d’évaluation”.

(cc) Outilsducoach 2019, articles libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

 

Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Laisser un commentaire