Comment pratiquer la position méta ?

La position méta pour prendre de la hauteur

La position méta et l’outil de dissociation, utilisés en PNL, permettent au coach de prendre de la hauteur face aux situations que lui expose son client, se protéger et ne pas s’impliquer dans l’histoire de celui-ci pour lui  trouver des solutions.

Cette hauteur est complémentaire à la prise de recul en cela qu’elle permet de modifier votre perception de l’événement afin de le transformer in situ grâce aux questions ou au recadrage que vous proposerez  à votre client sans vous sentir concerné.

On évoque souvent la nécessité, en matière de gestion de situations délicates et notamment les conflits, de prendre du recul. Prendre du recul est indispensable mais pas toujours suffisant en coaching.  Parce que si ce recul permet de mieux analyser la situation et de faire le point, il ne permet pas fondamentalement de changer de perception ou de comportements. Il devient alors nécessaire de prendre de la hauteur pour modifier le/les points de vue et prendre en compte l’ensemble de la situation.

Concrètement, comment la cultiver ?

Il faut se mettre en “position méta”, c’est-à-dire au-dessus de la situation. Celle-ci va vous permettre de pratiquer une distanciation entre la situation et vous-même afin d’être à la fois l’acteur ET l’observateur de la scène. Prenez la métaphore de la montagne : vous êtes au pied d’une très haute montagne. Il est fort probable que vous vous sentiez très petit.e, voire écrasé.e face à cette masse impressionnante. Éloignez-vous maintenant d’une centaine de kilomètres : vous êtes en mesure d’apprécier l’ensemble du spectacle qui s’offre à vous sans ressentir la même impression, ni  ce sentiment d’écrasement.  Vous avez pris du recul, la montagne a perdu de sa puissance, en tous cas dans votre perception. A présent, prenez l’avion. Vous apercevez alors une chaine de montagnes de neige et de granit et celle qui occupait votre esprit est maintenant devenue un pic parmi les autres.
La position méta va vous aider à prendre cette hauteur de vue et changer la manière d’appréhender les choses. Cette gymnastique de l’esprit n’étant absolument pas naturelle, il faut s’y entrainer par des exercices de développement personnel, en thérapie ou avec son superviseur.

Un exemple d’exercice pour travailler la position méta

Lors d’un moment de calme et de tranquillité, vous pouvez prendre trois grandes respirations et repassez la situation dans votre tête. En même temps que le « film » se déroule dans votre esprit, voyez quels sont les ressentis et les émotions qu’apportent la situation. Si vous le pouvez, essayez de « rétrécir mentalement » la scène et de la projeter sur un écran de cinéma au loin, en noir et blanc plutôt qu’en couleur,  puis voyez en quoi cela modifie vos ressentis, les changements de point de vue et les nouvelles questions que cela fait émerger. Terminez ce moment d’introspection en vous félicitant d’avoir fait l’exercice de votre mieux  et en vous remerciant sincèrement.

Avec un peu de pratique, vous verrez que vous serez en mesure de faire cela in situ, de véritablement voir la situation du dessus et de prendre le temps de poser vos questions différemment. En vous exerçant régulièrement, vous serez de moins en moins dans la réaction (résultats de nos émotions brutes) et de plus en plus dans le questionnement, fruit d’une émotion passée au filtre du raisonnement qui permet à votre client de trouver la solution adéquate pour lui.

Pour accompagner  vos clients dans la méta position et la posture de coach, découvrez dans la boutique le pack : “Je me spécialise dans la posture de coach“.

(cc) Outilsducoach 2021, articles libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Laisser un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site Web. Pour en savoir plus merci de consulter les CGU.